Chinese (Simplified)DutchEnglishFrenchGermanItalianPortugueseRussianSpanish

Categories

Most Viewed

Découvrez des plages confidentielles sur le littoral normand

Elles sont en sable ou en galets, cachées dans une baie ou pied des falaises. À l’écart de ses célèbres stations balnéaires, la Normandie regorge de plages préservées, sauvages ou peu connues des touristes. Voici nos cinq criques préférées.

Deauville ? Trop de monde. Cabourg ? Trop guindé. Étretat ? Déjà fait. Pas de problème, la Normandie représente plus de 600 kilomètres de côtes. De longues plages de sable connues du monde entier, mais aussi de petites criques quasi désertes, de la Manche à la Seine-Maritime.

Voyage et Prêt à partirNewsletter

Tous les mercredis et samedis

Elles ne sont pas moins belles, mais un peu à l’écart des villes, des sites historiques ou des stations balnéaires. Laissées pour mortes au pied d’une falaise ou oubliées dans une baie. On y accède un peu plus difficilement, il faut chercher, prendre le bon virage, laisser la voiture. Nous en avons sélectionné cinq. Visite guidée.

À LIRE AUSSI :De la côte d’Albâtre au Cotentin, dix beaux villages «made in Normandie»

La baie d’Écalgrain et sa plage du bout du monde

On la dirait tombée du ciel. Nue et dorée, intimidante, en forme de demi-lune. La plage d’Écalgrain surgit après un virage, une descente, là, en contrebas des falaises, au-dessus des prairies vertes du Cotentin, dans la Manche. Elle fait partie de ces plages qu’on aime regarder de loin. Ne pas y aller tout de suite, l’admirer encore un peu. À marée haute, elle se laisse avaler, timide, fine langue de galets aux pieds des falaises. À marée basse, elle prend ses aises, déploie sa cape jusqu’à la mer, reine sur son trône. Alors, ce sont du jaune, du bleu, du vert qui s’installent. Les couleurs se mélangent avec les bruyères, les prairies et les massifs d’ajoncs. La baie d’Écalgrain est l’une des plus belles du monde mais aussi l’une des plus discrètes. Pas cachée mais prudente, blottie entre le port du Goury et le Nez de Jobourg, pas loin non plus de Port-Racine, plus petit port de France.

Comment y aller ? Comptez 3h20 de train depuis Paris jusqu’à Cherbourg puis 30 mn de voiture par la D901 puis la D401 après La Hague en suivant Écalgrain. Parking gratuit au-dessus de la plage.

La plage de l’Anse du Brick, les Caraïbes du Cotentin

Ici, oubliez les Caraïbes. L’eau est turquoise, le sable fin par endroits et les rochers en granit rose. L’anse du Brick est une crique rêvée : 250 mètres de long, des falaises autour, quelques surfeurs, un camping. C’est une baie en forme de fer à cheval, sur la commune de Fermanville, dans la Manche. Où sont les corsaires ? On se croirait sur une île au trésor, mais normande : les landes surplombent la mer et les chemins bocagers mènent à des forêts. Il faut aller se balader, notamment sur le sentier des douaniers, le GR223, qui vous emmène au cap Lévi. Mieux que les Caraïbes.

Comment y aller ? Comptez 3h20 de train depuis Paris jusqu’à Cherbourg puis 20 mn de voiture par la N13 puis la D116. Côté Fermanville, parking gratuit après un chemin de terre.

À Graye-sur-Mer, une plage pour l’exil

Attention, plage lunatique. À marée basse, elle s’ouvre et déroule sa nappe dorée. À marée haute, elle se replie pour devenir un étroit cordon de sable. La plage de Graye-sur-mer est l’une des plus sauvages du Calvados. Des champs autour, quelques galets et des enfants en sandale. On y vient pour éviter la foule de ses voisines, les stars Arromanches-les-Bains et Ouistreham, plus connues mais qui n’ont rien à lui envier. Graye-sur-Mer aussi a été libérée des Allemands : c’était le 6 juin 1944, vers 9 heures du matin. Elle a même vu débarquer le Général de Gaulle de retour d’exil, un 14 juin. L’exil, justement, c’est un peu ce que l’on vient chercher ici.

Comment y aller ? Comptez 2 heures de train depuis Paris jusqu’à Caen puis 25 mn de voiture par la D7, la D404, la D79 puis la D12. Au port de Graye-sur-Mer, suivez les panneaux indiquant la plage et la Croix de Lorraine.

À LIRE AUSSI : Venez découvrir l’une des dernières biscuiteries artisanales de Normandie

Longues-sur-Mer et sa plage des falaises

À Longues-sur-Mer, on vient pour la batterie allemande, les abris en béton, la pièce d’artillerie, le gros canon. La vue depuis les falaises et puis c’est tout, on repart. «Ici, pas de plage», disent les guides pour voyageur. C’est faux, il y en a une, tout en bas, petite crique de galets au bout d’un chemin tortueux. Une fois arrivé, on admire la mer, d’accord, mais surtout les falaises de calcaire. Elles sont si vertes, si fatiguées, creusées par les éléments. C’est beau, c’est tragique, à en donner le tournis. Attention, la baignade n’est pas surveillée mais l’endroit est idéal pour les balades.

Comment y aller ? Comptez 2h20 de train depuis Paris jusqu’à Bayeux puis 15 mn de voiture par la D104. Continuez rue de la Mer et laissez la batterie allemande sur la gauche. Au bout, quelques places de stationnement et une route tortueuse et qui descend jusqu’à la plage.

À LIRE AUSSI : Les villes françaises les plus recherchées sur internet pour les vacances

La plage de Vaucottes, un paradis vert et blanc

Étretat vous a lassé ? Venez ici, les falaises sont désertes mais tout aussi blanches. La plage de Vaucottes, en Seine-Maritime, est située dans une Valleuse, sorte de dépression dans la craie qui donne accès à la mer. Sur le chemin, on croise des manoirs Belle Époque et des villas en brique. Une fois arrivé, on se sent minuscule face aux falaises. Il y en a deux : on dirait des bras ouverts sur la mer. C’est bleu, gris, vert, immaculé. On se promène ou l’on bronze sur les galets, mais on ne se mouille pas. Les courants, trop dangereux, interdisent toute baignade. Pour une vue magistrale, grimpez un peu et longez le GR21, sur le sentier des falaises, là-haut, au sommet, la côte d’Albâtre ressemble à un paradis vert et blanc.

Comment y aller ? Comptez 2 heures de train depuis Paris jusqu’à Bréauté-Beuzeville puis 30 mn de voiture par la D910, D72 puis la D11. À Vattetot-sur-Mer, prenez la D211 vers Yport puis la route de la Plage (C2) en direction de Vaucottes. Un panneau vous indique un sens interdit dans 300 mètres. Quelques places de stationnement dans le hameau. Finissez à pied.La rédaction vous conseille

Source : lefigaro.fr/voyages/guides/

    Leave Your Comment

    Your email address will not be published.*