Chinese (Simplified)DutchEnglishFrenchGermanItalianPortugueseRussianSpanish

Categories

Most Viewed

Déconfinement et congés été 2020 : Ce que vous pourrez faire cet été et ce qui sera interdit

La période cristallise autant d’attentes que d’incertitudes. Pourra-t-on partir en vacances cet été ? Et si oui, quel visage auront ces congés, au temps du coronavirus ? Pour le savoir avec certitude, il faudra patienter jusqu’au mois de juin. En attendant, on fait le point sur ce qu’il devrait possible ou impossible de faire cet été; et ce qui est encore incertain.

Le sujet est dans beaucoup de têtes. Sera-t-il possible de partir en vacances cet été ? Et si oui, à quoi ressembleront les congés estivaux; La France s’apprête à se déconfiner et que l’épidémie de coronavirus est toujours présente ?

Ces questions prennent d’autant plus de résonance qu’après de longues semaines de confinement, l’envie de bouger est là. Celle d’ailleurs aussi. Mais l’été est encore entouré de beaucoup d’incertitudes. Emmanuel Macron, le président de la République, l’a confirmé mardi 5 mai. « Il est trop tôt pour vous le dire si l’on pourra avoir des vacances »; a dit le chef de l’État depuis une école de Poissy (Yvelines). Pour en savoir plus sur le visage des congés estivaux, il faudra attendre « début juin », a-t-il précisé.

En attendant, voici donc ce que l’on peut imaginer pour les vacances d’été, avec ce que l’on sait jusqu’à présent.

Ce que l’on devrait pouvoir faire

À partir du 11 mai, date annoncée de la levée des mesures de confinement; les déplacements à moins de 100 kilomètres de son domicile seront autorisés. Le Premier ministre, Édouard Philippe, l’a annoncé le 28 avril, en présentant le plan de l’exécutif pour le déconfinement. Il sera également possible de voir des amis; ou de la famille : les rassemblements comprenant jusqu’à dix personnes sont à nouveau permis dès le 11 mai. Reste à voir comment évolueront ces mesures après le déconfinement, et d’ici aux vacances d’été.

Il est acquis que si vacances il y a, elles seront très localisées. « Le tourisme ne pourra reprendre que de façon concentrique; dans un premier temps, avec une clientèle d’ultra-proximité »; a dit Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d’État chargé du Tourisme, à la fin du mois d’avril.

Mais… Ces scénarios se joueraient dans l’optique où les mesures de confinement sont bien levées le lundi 11 mai. Le problème, c’est qu’avec la pandémie de Covid-19, la situation sanitaire évolue très vite, rien n’est gravé dans le marbre. « Si les indicateurs ne sont pas au rendez-vous, nous ne déconfinerons pas le 11 mai », avait ainsi prévenu Édouard Philippe.

Et voilà trois jours, le 3 mai, Christophe Castaner; le ministre de l’Intérieur, parlait de ce même horizon du 11 mai comme d’un « objectif à conquérir » . Une manière de souligner que rien n’est acquis.

Ce qui reste en suspens

Toujours en imaginant un scénario dans lequel la France se déconfine bien le 11 mai; et la situation sanitaire ne se dégrade pas dans la foulée, une autre grande inconnue occupe beaucoup d’esprits; la question de l’accès aux plages et au littoral.

Édouard Philippe a été clair, impossible de s’y rendre avant le 1er juin. Au moins. Depuis, de très nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer cette décision. Et le Sénat a longuement débattu de la possibilité de rouvrir l’accès aux plages; mardi lors de l’examen du projet de loi prolongeant l’état d’urgence sanitaire.

Autre question, celle des départs en Europe. Cet été, « on restera entre Européens; peut-être en fonction de l’évolution de l’épidémie, il faudra même réduire un peu plus; mais c’est trop tôt pour le dire », a encore déclaré Emmanuel Macron mardi. Comprendre qu’il sera, peut-être, possible de partir dans d’autres pays de l’espace Schengen. Peut-être.

Cette perspective dépendra, aussi; des mesures prises par d’autres pays européens, et de leur décision de rouvrir leurs frontières ou pas. Exemple en Espagne, l’une des principales destinations touristiques au monde; « La question des frontières sera réglée en fonction de l’évolution de la crise sanitaire. Je n’ai donc pas de date », a dit Reyes Maroto, la ministre du Tourisme, le 12 avril.

Il y a aussi la question des cafés et des restaurants. Concernant la réouverture de ces établissements; une décision sera annoncée à la fin du mois de mai, avait dit Bruno Le Maire; le ministre de l’Économie, à la fin avril.

Ce que l’on ne pourra pas faire

Un élément se comprend en creux; à la lecture des différentes déclarations de l’exécutif et des membres du gouvernement sur le sujet des vacances; il ne devrait pas être possible de partir en vacances en dehors d’Europe cet été; (s’il est déjà possible de partir dans d’autres pays de l’espace Schengen).

« On va limiter les grands déplacements internationaux, même pendant les vacances d’été », a expliqué Emmanuel Macron mardi. Et les déclarations de Jean-Baptiste Lemoyne sur le tourisme « d’ultra-proximité » se conjuguent mal avec la perspective de départs à l’étranger. « Il est sûr que le déplacement à plusieurs milliers de kilomètres; il est exclu »; a-t-il d’ailleurs dit, mercredi au micro de France Info.

Autre certitude : cet été, il ne sera pas possible d’assister à un festival. Conséquence de l’impossibilité d’organiser; « tous les événements qui regroupent plus de 5 000 participants »; avant le mois de septembre, comme l’a dit Édouard Philippe en présentant le plan de déconfinement.

Source: ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/confinement/